fbpx

Facebook vous propose constamment de promouvoir vos publications de façon à obtenir plus de mentions « j’aime la page » (plus de likes pour votre page Facebook). 

Pourquoi l’objectif « notoriété de la marque » est-il autant mis en avant par Facebook ? Est-ce vraiment utile de booster son nombre de likes ?

Et quel est notre avis chez E-COM YELLOW ?

On ne va pas se mentir, on s’est clairement posé la question …

Franchement, c’est hyper tentant. Pour quelques dizaines d’euros à peine, vous pouvez acheter des centaines de likes (à condition que votre pub soit à minima originale).

Alors on a étudié les « pour », les « contre », et on a testé pour nous donner une idée.

Les adeptes du « oui » vous répondrons que c’est une question de crédibilité, d’autorité, et que plus de personnes aiment votre page, plus votre visibilité est importante.

Évidemment qu’il faut une audience toujours plus importante pour grandir, la question ne se pose pas. Personne ne pense que l’invisibilité est bénéfique pour la réussite d’une marque ! Mais sur les réseaux sociaux, on ne se pose pas assez la question de la qualité de l’audience

Du coup, on va détruire les arguments des adeptes du « oui » en trois points, en toute tranquillité, dans les lignes qui vont suivre 🙂

1/ La portée organique de vos publications n’a jamais été aussi faible et elle n’est pas proportionnelle à votre nombre de likes …

Et bam ! Non seulement le nombre de personnes que vous atteignez avec vos publications est de moins en moins important à mesure que Facebook fait évoluer ses algorithmes d’affichage, mais en plus, il est quasiment inversement proportionnel à votre nombre d’abonnés. C’est la double peine.

En résumé, plus vous avez d’abonnés, plus vous devrez ramer pour que ceux-ci interagissent avec vous.

Pourquoi ? Parce qu’il y a un phénomène humain, naturel et étrange à la fois, qui fait que plus vous êtes suivi, plus vous attirez les curieux.

Et ces curieux peuvent vous faire très mal, parce qu’ils n’interagissent pas avec votre contenu. On en parle souvent, mais si vos fans n’interagissent pas avec vous, vous n’apparaissez pas sur leurs murs.

Remarquez : les petites audiences de niche sont souvent hyper qualifiées, alors que les grosses audiences regroupent un nombre de touristes plus important.

C’est comme ça, vous ne pouvez rien y faire. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les business de niche sont souvent très rentables avec un volume de clients faible, bien inférieur à certains business généralistes.

2/ Quelle crédibilité donnez-vous à une page qui a un grand nombre d’abonnés et peu de likes et partages sur ses publications ?

C’est une question de logique et de proportion, si vous avez 100 000 personnes qui aiment votre page et que vous obtenez une vingtaine de likes et 5 commentaires à chaque post, c’est pas vraiment rassurant pour votre audience et les personnes qui vous découvrent. Disons que ce n’est pas à cet engagement qu’on peut s’attendre en arrivant sur une page très suivie.

Et on ne va pas les citer (même si on a des noms en tête) mais il y en a beaucoup qui souffrent de ce phénomène. Ces marques devraient plutôt se focaliser sur leur engagement.

Donc si du premier abord vous regardez le nombre de likes d’une page que vous découvrez pour juger de son autorité dans le domaine, vous aurez une rapide tendance à vous interroger sur ces pages si ses publications sont peu commentées et peu partagées …

3/ Quelle est la valeur de l’engagement d’une personne, qui ne vous connaît ni d’Eve ni d’Adam, à qui vous demandez de liker votre page ?

Que pouvez-vous espérer de l’engagement d’une personne qui ne connaît pas vos produits / services ou votre entreprise ?

Avant de lui demander de nous aimer, ne devrait-on pas lui montrer à quel point ce que nous faisons peut être utile pour lui / elle ?

Il est nécessaire de se faire connaître et apprécier, avant d’être aimé. Au même titre qu’il faut donner pour recevoir.

Il faut comprendre qu’un like, ce n’est pas engageant. N’importe quel internaute acceptera de liker notre page pour nous faire plaisir, et se désabonnera dans la foulée s’il ne trouve rien de sympa en visitant notre page. Ou pire, restera abonné en snobant nos prochaines publications.

Mieux vaut partager du contenu qui donne envie à notre nouvelle audience de nous suivre, répondre à des problématiques complexes, faire rire, informer, divertir, etc, plutôt que de nous acharner à faire grimper le compteur d’abonnés en incitant les gens à aimer notre page …

Conseil : focalisez-vous sur l’interaction et la qualité des commentaires et partages que vous avez sur vos publications. Il vaut mieux une petite audience de fans absolus plutôt qu’une grosse communauté de curieux 🙂

En conclusion …

Facebook nous veut du bien … parce que c’est dans son intérêt.

Son but est de faire en sorte de populariser la publicité sur son média, et donc que ce soit rentable pour ses clients, afin qu’ils puissent les fidéliser.

Son objectif est donc de nous encourager à bien faire les choses. Nous pouvons donc imaginer que cet objectif « J’aime la page » n’est pas complètement illogique.

En résumé, notre opinion sur cet objectif « Notoriété de la marque » par Facebook

Quand utiliser cet objectif ? Certainement pas au démarrage d’une page. Son utilisation ne devrait être préconisée que lorsque votre page propose déjà un contenu dense, avec une bonne interaction avec son audience.

C’est évidemment le signe que le contenu apporte beaucoup de valeur à l’audience, et que la page mérite d’être connue et partagée au-delà de son cercle actuel.

Et c’est maintenant qu’on vous propose de mettre à profit nos talents de community management pour vous aider à gérer tout ça ! Cliquez par ici

#ECOMYELLOW 🙂